La Trilogie Berlinoise, tome 2: La Pâle Figure

Je remercie les Editions Le Livre de Poche et Livraddict pour ce partenariat!

Remarque préalable : J’ai décidé de chroniquer cette trilogie par tome. Je la possède en un volume de 1015 pages mais il me semble que cette solution est plus pertinente. La séparation de chacun des trois tomes est par ailleurs très marquée dans ce livre.

 

Editions: Le Livre de Poche| Paru en: 2010 | Pages: 331 | Auteur: Philip Kerr

51355037J’avais comme abandonné la lecture de cette trilogie qui ne me captivait jamais. Chaque fois que j’essayais de lire un peu plus de cette saga, chaque fois je m’ennuyais. Je n’étais peut être tout simplement pas prête à lire ces romans ?

Seulement voilà, abandonner, et ne pas donner une véritable seconde chance à cette trilogie me faisait un peu culpabiliser (même si cela peut paraitre étrange). Malgré le manque de temps indéniable pour lire autant que je le souhaiterais pendant cette dernière année d’études, j’ai décidé de prendre un peu plus de temps pour lire, et avec beaucoup de volonté et de motivation, j’ai décidé de le faire accompagnée du second tome de La Trilogie Berlinoise!

Septembre 1938. Tandis que la ville croule sous la chaleur, les Berlinois attendent avec anxiété l’issue de la conférence de Munich. Engagé par une riche veuve pour retrouver l’individu qui la fait chanter, le détective privé Bernhard Gunther se trouve plongé, lui, dans les méandres de la médecine psychiatrique moderne… avant de se voir contraint par Heydrich de prendre les rênes d’une enquête bien particulière : retrouver le tueur en série qui hante les rues de Berlin depuis quelques semaines, s’attaquant à des adolescentes. Mais s’il obtient le privilège d’être nommé « Komissar », Bernie est encore loin d’imaginer que son investigation le mènera au plus profond des coulisses du pouvoir nazi… là où même lui, le cynique que rien n’étonne, se laissera surprendre par « le criminel à la pâle figure »… Après le Prix du Roman d’Aventures 1993 et Le Masque de l’Année 1994, Kerr nous éblouit et nous terrifie une fois de plus avec son détective privé dans les affres du Ille Reich.

 

MON AVIS

Je n’ai pas tellement l’habitude de lire des romans policiers, ou à suspense, car il ne s’agit pas d’un genre littéraire que j’affectionne particulièrement (sans pour autant être incapable d’apprécier certaines lectures de ce genre). Néanmoins je dois avouer que cette fois ci, alors que je n’ai pas lâché la lecture de ce second tome, je suis tombée dans l’envie de découvrir qui, pourquoi, et comment le meurtrier allait être mis à jour.

Je vais commencer par nuancer un peu cette envie dans laquelle je suis tombée, en précisant que je continue de trouver cette écriture un peu lente, parfois ennuyeuse. J’ai mis du temps à trouver l’envie d’en savoir plus, qui vient après plusieurs dizaines de pages.

Cette trilogie comporte à mes yeux deux points forts, le premier étant le personnage central, Gunther. C’est un personnage riche et humainement complexe, que l’on continue de découvrir dans le second tome. J’apprécie ce personnage, qui sonne comme un compagnon de voyage, un compagnon de route, si ce n’est un mentor. Dans cette lecture je ne m’identifie pas au personnage central, mais j’arrive parfaitement à me situer à son côté. D’une certaine manière, c’est très plaisant, car on vit la même chose, on voit les même choses, et pourtant on reste surpris par la capacité d’analyse de Gunther, et on est à même de le découvrir petit à petit, comme il serait possible de le faire dans notre vie de tous les jours.

Le deuxième point fort est incontestablement la période historique et les lieux où se déroule cette trilogie. On sent que le roman succède à une recherche approfondie. L’écriture est documentée et on prend plaisir à juxtaposer des personnages qui ont existé, des faits particuliers, à un déroulement fictif qui vient expliquer pourquoi ils ont eu lieu, et comment cela s’est passé, vu de l’intérieur, d’autant plus par un personnage connaissant les rouages et abus des dirigeants allemands de l’époque. Cette période historique implique une atmosphère pesante, une atmosphère de terreur, que l’écriture de ce roman retranscrit finalement très bien. C’est peut être d’ailleurs ce qui me faisait fuir à chaque nouvelle tentative de lecture?

A la fin de ce second tome, je me demande ce qui va tenir en haleine le lecteur dans le troisième tome, puisque rien n’est laissé inachevé, sans résolution. Je suis curieuse de le découvrir.

Petite réflexion du moment: je pense que ces romans pourraient donner de très bon films!

 

Crazy Caraïbe

berlin_by_night_ii_by_zwanzig

 

“Cinq années s’étaient écoulées depuis le jour de juin 1933 où, incapable de tolérer plus longtemps les purges qu’opérait Goering au sein de la police, j’avais renoncé à mon titre de Kriminalinspecktor pour devenir le détective de l’hôtel Adlon. Quelques mois de plus et ma hiérarchie m’aurait, de toute façon, renvoyé. Si quelqu’un à l’époque m’avait dit que je reviendrais à l’Alex sous une casquette d’officier supérieur de la Kripo alors qu’un gouvernement national-socialiste était toujours en place, je l’aurais traité de fou.”

 


D’autres avis? Découvrez la page Livraddict de La Trilogie Berlinoise.

Publicités

4 réflexions sur “La Trilogie Berlinoise, tome 2: La Pâle Figure

  1. merciiii pour tes idées de lecture ! Je suis encore dans un bouquin en ce moment mais je prends bonne note de tes précieux conseils ! bisous

  2. Coucou,
    j’avais beaucoup aimé cette trilogie ! Je ne m’en souviens pas trop (ça fait un petit moment que je l’ai lu) mais j’en garde un très bon souvenir 🙂

    Au fait, si jamais ça t’intéresse (je me sens un peu gonflée de te dire ça, j’espère que tu ne m’en voudras pas…) j’ai vu que tu avais Le rouge et le noir dans ta PAL et j’organise une LC pour ce livre début juillet (le topic est sous livraddict). Du coup, si ça t’intéresse, tu es la bienvenue 🙂

    A bientôt.

    • Coucou !
      Merci beaucoup pour ton commentaire! J’espère terminer cette trilogie bientôt, mon concours pour être professeur des écoles approche, la fin de ma deuxième année de master aussi et je commence à être surchargée de travail!
      Si jamais j’estime que j’ai le temps de lire le Rouge et le Noir d’ici début juillet, je viendrai volontiers participer à la Lecture Commune! Mais comme je ne sais pas encore quand seront mes oraux de concours en juin, je ne peux pas trop promettre encore, je peux néanmoins l’envisager sans problème =D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s