La Trilogie Berlinoise, tome 2: La Pâle Figure

Je remercie les Editions Le Livre de Poche et Livraddict pour ce partenariat!

Remarque préalable : J’ai décidé de chroniquer cette trilogie par tome. Je la possède en un volume de 1015 pages mais il me semble que cette solution est plus pertinente. La séparation de chacun des trois tomes est par ailleurs très marquée dans ce livre.

 

Editions: Le Livre de Poche| Paru en: 2010 | Pages: 331 | Auteur: Philip Kerr

51355037J’avais comme abandonné la lecture de cette trilogie qui ne me captivait jamais. Chaque fois que j’essayais de lire un peu plus de cette saga, chaque fois je m’ennuyais. Je n’étais peut être tout simplement pas prête à lire ces romans ?

Seulement voilà, abandonner, et ne pas donner une véritable seconde chance à cette trilogie me faisait un peu culpabiliser (même si cela peut paraitre étrange). Malgré le manque de temps indéniable pour lire autant que je le souhaiterais pendant cette dernière année d’études, j’ai décidé de prendre un peu plus de temps pour lire, et avec beaucoup de volonté et de motivation, j’ai décidé de le faire accompagnée du second tome de La Trilogie Berlinoise!

Septembre 1938. Tandis que la ville croule sous la chaleur, les Berlinois attendent avec anxiété l’issue de la conférence de Munich. Engagé par une riche veuve pour retrouver l’individu qui la fait chanter, le détective privé Bernhard Gunther se trouve plongé, lui, dans les méandres de la médecine psychiatrique moderne… avant de se voir contraint par Heydrich de prendre les rênes d’une enquête bien particulière : retrouver le tueur en série qui hante les rues de Berlin depuis quelques semaines, s’attaquant à des adolescentes. Mais s’il obtient le privilège d’être nommé « Komissar », Bernie est encore loin d’imaginer que son investigation le mènera au plus profond des coulisses du pouvoir nazi… là où même lui, le cynique que rien n’étonne, se laissera surprendre par « le criminel à la pâle figure »… Après le Prix du Roman d’Aventures 1993 et Le Masque de l’Année 1994, Kerr nous éblouit et nous terrifie une fois de plus avec son détective privé dans les affres du Ille Reich.

 

MON AVIS

Je n’ai pas tellement l’habitude de lire des romans policiers, ou à suspense, car il ne s’agit pas d’un genre littéraire que j’affectionne particulièrement (sans pour autant être incapable d’apprécier certaines lectures de ce genre). Néanmoins je dois avouer que cette fois ci, alors que je n’ai pas lâché la lecture de ce second tome, je suis tombée dans l’envie de découvrir qui, pourquoi, et comment le meurtrier allait être mis à jour.

Je vais commencer par nuancer un peu cette envie dans laquelle je suis tombée, en précisant que je continue de trouver cette écriture un peu lente, parfois ennuyeuse. J’ai mis du temps à trouver l’envie d’en savoir plus, qui vient après plusieurs dizaines de pages.

Cette trilogie comporte à mes yeux deux points forts, le premier étant le personnage central, Gunther. C’est un personnage riche et humainement complexe, que l’on continue de découvrir dans le second tome. J’apprécie ce personnage, qui sonne comme un compagnon de voyage, un compagnon de route, si ce n’est un mentor. Dans cette lecture je ne m’identifie pas au personnage central, mais j’arrive parfaitement à me situer à son côté. D’une certaine manière, c’est très plaisant, car on vit la même chose, on voit les même choses, et pourtant on reste surpris par la capacité d’analyse de Gunther, et on est à même de le découvrir petit à petit, comme il serait possible de le faire dans notre vie de tous les jours.

Le deuxième point fort est incontestablement la période historique et les lieux où se déroule cette trilogie. On sent que le roman succède à une recherche approfondie. L’écriture est documentée et on prend plaisir à juxtaposer des personnages qui ont existé, des faits particuliers, à un déroulement fictif qui vient expliquer pourquoi ils ont eu lieu, et comment cela s’est passé, vu de l’intérieur, d’autant plus par un personnage connaissant les rouages et abus des dirigeants allemands de l’époque. Cette période historique implique une atmosphère pesante, une atmosphère de terreur, que l’écriture de ce roman retranscrit finalement très bien. C’est peut être d’ailleurs ce qui me faisait fuir à chaque nouvelle tentative de lecture?

A la fin de ce second tome, je me demande ce qui va tenir en haleine le lecteur dans le troisième tome, puisque rien n’est laissé inachevé, sans résolution. Je suis curieuse de le découvrir.

Petite réflexion du moment: je pense que ces romans pourraient donner de très bon films!

 

Crazy Caraïbe

berlin_by_night_ii_by_zwanzig

 

“Cinq années s’étaient écoulées depuis le jour de juin 1933 où, incapable de tolérer plus longtemps les purges qu’opérait Goering au sein de la police, j’avais renoncé à mon titre de Kriminalinspecktor pour devenir le détective de l’hôtel Adlon. Quelques mois de plus et ma hiérarchie m’aurait, de toute façon, renvoyé. Si quelqu’un à l’époque m’avait dit que je reviendrais à l’Alex sous une casquette d’officier supérieur de la Kripo alors qu’un gouvernement national-socialiste était toujours en place, je l’aurais traité de fou.”

 


D’autres avis? Découvrez la page Livraddict de La Trilogie Berlinoise.

La Trilogie Berlinoise, Tome 1: L’été de cristal

Je tiens à préciser que j’ai décidé de chroniquer cette trilogie par tome. Je la possède en un volume de 1015 pages mais il me semble que cette solution est plus pertinente. La séparation de chacun des trois tomes est par ailleurs très marquée dans ce livre.

9782253128434Editions: Le Livre de Poche / Paru en: 2010 / Pages: 315 Auteur: Philip Kerr

Je l’avoue, j’ai mis bien du temps à entamer cette trilogie… Si certaines de mes raisons sont personnelles et liées à un manque d’envie de lire cet été, ce premier tome y est pour quelques raisons également.

Vétéran du front turc, ancien de la police, Bernhard Gunther, trente-huit ans, est devenu détective privé, spécialisé dans la recherche des personnes disparues. Gunther ne se plaint pas. Les disparitions sont monnaie courante à Berlin, en 1936, et il ne manque pas de clients… Mais aujourd’hui Hermann Six, le puissant industriel qui l’engage, ne cherche pas à trouver sa fille : celle-ci a été assassinée chez elle, ainsi que son mari. Non, ce qui intéresse Herr Six, ce sont les bijoux qui ont disparu du coffre-fort… A la veille des Jeux Olympiques, tandis que les S.S. se chargent de rendre la ville "accueillante" aux touristes, Gunther se met en chasse.

MON AVIS

Je crois bien avoir commencé à être légèrement happée par ce roman, les 200 premières pages passées… Je dois dire que j’ai été assez déçue du manque de rythme et de suspense de ce premier tome, puisque je n’ai cessé de lire des critiques unanimes au sujet de cette trilogie: une fois qu’on a entamé la lecture de cette trilogie, on ne peut plus s’arrêter! Je m’attendais à quelque chose de très captivant… Et si j’avoue que l’écriture est intéressante, plutôt agréable, le suspense est assez peu prononcé voire absent sur toute la longueur de ce premier tome…

Admettons que mon manque d’envie de lire soit quelque peu à l’origine de ce phénomène, j’ai tout de même trouvé que certains passages sont attendus et il est relativement aisé de deviner de quoi il retourne. Ce premier tome se dévoile sans surprises donc et je l’ai trouvé parfois beaucoup trop rapide… Et j’oserai dire trop facile. On évolue donc dans une société qui a changé et change encore pour le pire, une société de corruption, de peur, d’interdictions et de disparitions… Un mot de travers, des malentendus avec les mauvaises personnes et les gens se voient battus, jetés dans le fleuve ou encore envoyés en KZ par la Sipo, la Kripo ou autres autorités SS… Ce qui m’épate, c’est que malgré toutes les paroles très ironiques, sarcastiques et directes du personnage principal Gunther envers cette société nazie, ses hommes puissants et surtout son Führer, il garde la vie et se débarrasse des menaces hautement placées (par Goering lui même!) d’une facilité déconcertante… Les différentes situations restent néanmoins plausibles et certaines relèvent du traditionnel roman de détective.

7c40c1913e550169Comme je le disais, le personnage principal est un détective qui ne manque pas de charisme et de gueule, si je peux oser le dire de cette manière. Il ne mâche pas ses mots ni ses pensées. Ses sarcasmes et son ironie sont très bien utilisés, très acérés parfois, et c’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié . Ce sarcasme et cette ironie donnent de la substance au personnage et évidemment au roman puisque c’est au travers de Gunther que les débuts de la société nazie sont décrits et décriés.

Il est assez clair que cette histoire de détective tire sa force de son personnage charismatique mais aussi du contexte historique. La société nazie est LA société qui a renvoyé une image de force et de destruction. Je ne m’y connais pas assez pour critiquer la vérité historique véhiculée par le roman, je ne sais pas distinguer ce qui relève du vrai et du fictif. Dans tous les cas je suis capable de dire que le thème est bien mené, évidemment toujours présent et que c’est très intéressant, bien que vraiment noir et sombre. J’ai en plus habité à Berlin pendant 3 ans lorsque j’étais toute petite et je retrouve avec plaisir, éparpillés au fil des pages, des noms de lieux que j’ai connus et beaucoup aimés.

 

https://i2.wp.com/www.babelio.com/images/Star3.gif

"Je commençai par aller voir au X Bar, un club de jazz illégal dont l’orchestre glissait des morceaux américains au beau milieu de la soupe aryenne ayant l’aval des autorités. Les musiciens se livraient à ces acrobaties avec suffisamment de finesse pour ménager les consciences nazies qu’aurait pu choquer cette musique dite inférieure."

 


D’autres avis? Découvrez la page Livraddict de La Trilogie Berlinoise!

Je remercie les Editions Le Livre de Poche et Livraddict pour ce partenariat!

Young Samurai, Tome 2: La Voie du Sabre

Un grand MERCI aux Éditions Baam! ainsi qu’à Livraddict pour ce partenariat!

couv62531249Edition: Baam! | Paru en: 2010 | Pages: 410 |
Auteur: Chris Bradford

Honneur, déshonneur, difficulté, défi,entrainement, patience, sagesse, hâte, trahison,amitié, peur, surpassement… Une liste sans fin de mots pouvant décrire ce roman d’aventure!

Après un an d’entraînement dans son école de samouraïs, Jack a de gros ennuis… Alors qu’il se prépare au Cercle des Trois, un rituel ancestral mettant à l’épreuve l’Esprit, le Corps et l’Âme, il se retrouve confronté à la terrible bande du Scorpion, qui vise à chasser du Japon jusqu’au dernier gaijin… Mais là n’est pas le pire : son ennemi juré – le ninja Œil-de-Dragon – est toujours à ses trousses. Il est prêt à tuer pour mettre la main sur le trésor que Jack détient. Le jeune samouraï saura-t-il maitriser la Voie du sabre pour survivre à un combat à mort ?

 

MON AVIS

Ce livre semble suivre une recette que je trouve bien maitrisée, très bonne et très complète. Les ingrédients ont suscité mon intérêt mais également m’ont captivée! Le personnage de Jack grandit et s’étoffe, tout comme la trame de l’histoire. Un bon petit gars pas trop courageux et idiot, capable de se poser pour réfléchir calmement et de ne pas se lancer tête la première dans des ennuis gros comme la lune, a l’opposé donc de la plupart des jeunes héros de son âge!

Le roman comme ses différents personnages se densifie. Je me suis prise au jeu et au suspense! Qu’est-ce qui se cache derrière les aptitudes impressionnantes d’Akiko? Est-ce que Jack pourra faire face a ce qui l’attend? Mais qu’est-ce qui l’attend au juste? Qu’elle sera la traitrise qu’il devra affronter? Quand frapperont les scorpions? Captivée par l’envie de savoir, j’ai dévoré ce roman jeunesse lorsque j’ai pris le temps de le lire. Le suspense et la curiosité sont d’autant plus soulevés qu’on trouve dans le romande nombreux sauts en avant en débuts de chapitre. Des sauts légers qui propulsent au beau milieu d’une action dont je cherchais chaque fois à connaitre le pourquoi du comment (par ailleurs distillé avec soin et maitrise les pages suivantes)!

Je me suis beaucoup accrochée à certains personnages, notamment quelques professeurs de Jack comme Sensei Yamada et Sensei Kano, respectivement maitres de sagesse et de bō (maitrise du bâton), ou encore Saburo et Yori, deux élèves japonais fidèles et loyaux envers Jack depuis le début de son apprentissage.
Ce livre fait honneur au premier tome et j’ai vraiment hâte de découvrir le troisième opus et la Voie du Dragon!

 

https://i1.wp.com/www.babelio.com/images/Star5.gif

MtFujiGreenTea_500x367

"Quand le thé est préparé avec de l’eau puisée dans les profondeurs de l’esprit, dont le fond est au-delà de toute mesure, nous tenons vraiment ce qu’on appelle cha-no-yu”

 


D’autres avis? Découvrez la page bibliomania de Young Samurai, La Voie du Sabre sur Livraddict !

Young Samuraï, La Voie du Guerrier

Un grand MERCI aux Editions Baam! ainsi qu’à Livraddict pour ce partenariat!

9782290010587Edition: Baam! | Paru en: 2009 | Pages: 381 |
Auteur: Chris Bradford

Une aventure par delà les mers, au pays du soleil levant? Une aventure qui concerne des Samouraïs? Je signe et j’embarque pour cette épopée! A moi le Japon et ses légendaires guerriers!

Jack Fletcher fait naufrage au large des côtes du Japon. Son père et le reste de l’équipage sont massacrés par des pirates ninjas. Secouru par Masamoto Takeshi, le guerrier légendaire, le seul espoir de Jack sera de devenir un véritable samouraï. Ainsi espère-t-il se venger de l’homme qui a fait de lui un orphelin : le terrifiant Œil-de-Dragon.

MON AVIS

Enchantée par une nouvelle découverte de la culture nippone, je n’ai pas hésité à sauter sur ce partenariat, et je ne suis pas déçue de mon initiative! Cette lecture est d’une grande dynamique, le style est très fluide et agréable à lire et le rythme est soutenu jusqu’à la dernière ligne. Je me suis surprise à vivre au rythme japonais, enchaînant les moments de repos dans des jardins zen,les moments d’action et même les instants de méditation!

La culture japonaise est amenée avec grande facilité par l’apprentissage de la langue et de la culture que suit Jack, échoué et bloqué sur cette île. Les mots lui sont expliqués par sa famille d’accueil, tout comme les coutumes, les manières de vivre et de courtoisie… On en apprend beaucoup avec tant de facilité qu’on se prend au jeu et qu’on s’identifie très vite au personnage par le biais de son apprentissage. Un vrai régal!

Jack est un jeune héros de 12 ans, un peu impulsif, un peu trop courageux, comme bon nombre de héros garçons de jeunesse et pourtant il parait plus posé et plus apte à réfléchir. Il sait déterminer ce qui lui est arrivé, ce qui lui arrive et ce qui s’avère la meilleure voix à suivre pour pouvoir venger son père et retrouver un jour sa terre natale, et même tout simplement pour s’intégrer à la population nippone qui le considère comme un "gaijin", c’est à dire un barbare…

Je me suis beaucoup attachée à la plupart des autres personnages, ou au contraire je les ai détestés,toujours sur le mode de pensée de Jack. Si un personnage était apprécié par Jack, naturellement je l’appréciais, s’il ne pouvait pas le supporter alors… vous me suivez, je ne pouvais pas le supporter! Un bel exercice de style! Même en étant une fille française de 22 ans j’ai réussi à m’identifier sur certains points à Jack et à sa manière de penser!

Cette histoire a des apparences de simplicité mais est vraiment prenante voire passionnante! J’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Jack dans son école de Samouraï. Je vais donc m’y plonger de ce pas!

 

https://i1.wp.com/www.babelio.com/images/Star4.gif

Sakura Fujiyama

"De chaque minuscule graine jaillit un arbre aux nombreuses branches. Tout château s’édifie à partir de la première pierre. Tout voyage débute par un simple pas en avant."

 


D’autres avis? Découvrez la page bibliomania de Young Samuraï, La Voie du Guerrier sur Livraddict !