Legend, tome 1

couv48492402.png

Legend, tome 1
de Marie Lu
éditions Castelmore
2012, format Epub (285 pages)

> Pour acheter Legend, tome 1, c’est par ici <

June est un prodige. À quinze ans, elle fait partie de l’élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l’armée. Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l’arrêter. Issus de deux mondes complètement opposés, June et Day n’ont aucune raison de se rencontrer… jusqu’au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer… Mais est-elle prête à découvrir la vérité ?

Cela fait quelques temps maintenant que j’ai terminé cette lecture et je peux d’emblée commencer cette chronique (la première depuis drôlement longtemps, j’ai l’impression d’avoir le syndrome de la page blanche et de ne pas savoir quoi raconter !) en disant que je n’en ai gardé aucun souvenir ou sentiment négatif, ce qui est totalement positif, non ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’on se situe ici dans un livre jeunesse – je n’ai jamais eu honte de dire que j’adore ce genre de lectures, vraiment divertissantes et sans prises de tête ou descriptions qui n’en finissent plus… – mais un livre jeunesse avec des personnages un poil plus âgés, compétents, posés et réfléchis que ceux que l’on peut rencontrer régulièrement dans ce genre. Et… Il faut avouer que ça fait du bien de ne pas tomber sur le prototype du personnage principal au grand coeur mais qui fonce sans réfléchir… Et qui avise une fois dans la mouise. Et pour ne pas suivre la tendance, il ne s’agit ici en fait pas d’un mais de deux personnages principaux, aussi intéressants l’un que l’autre, à mon goût. June est une jeune « fille » (même si à quinze ans, son comportement pourrait déjà me laisser dire « femme ») intelligente, de bonne famille et de haut niveau social, et travaille déjà pour l’armée du pays. Elle est opposée à Day, jeune homme des bas quartiers, tout aussi intelligent qu’elle, devenu le premier criminel recherché par l’état. Evidemment, dès le départ il est couru d’avance que ces deux personnages vont se rencontrer, tomber sous le charme l’un de l’autre alors que tout les oppose… Sous atmosphère de mensonges d’état et de découvertes effarantes !

la-ca-jc-marie-lu-20130127-001

Marie Lu

Malgré ces dernières évidences (après tout, la plupart des histoires d’amour se ressemblent…), je suis vite tombée sous le charme du cadre futuriste de la civilisation américaine. Legend est une dystopie bien menée, qui propose une bonne histoire de fond accrocheuse, où il en est dit à la fois trop et pas assez. Je m’explique : l’auteur nous dévoile suffisamment de détails sur l’environnement des personnages et sur l’intrigue de fond pour nous laisser accrocher et ne pas nous retrouver totalement frustrés, mais pas assez afin de laisser un fort goût de reviens-y… Ce que je ne manquerai pas de faire en ce qui me concerne ! Ce que j’ai trouvé intéressant par ailleurs est que la découverte des univers des deux personnages se fait via les personnages eux-même, lorsqu’ils prennent du recul par rapport à leur entourage ou lorsqu’ils apprennent à découvrir l’autre. L’univers de chacun n’est pas figé et va être bouleversé, d’une manière ou d’une autre, amenant un vrai développement du caractère de June et Day, et même de premiers changements et de premières évolutions. Les personnages ne sont donc pas trop superficiels et je les ai trouvés très touchants à leur manière.

Depuis quelques temps je lis peu, ou lentement, et un point primordial pour que je n’arrête pas de lire pendant plusieurs semaines si ce n’est plusieurs mois est que ma lecture soit dynamique, qu’elle avance et qu’elle me redonne le goût de me plonger dans le livre sans avoir à faire effort sur effort pour terminer ma lecture. Legend s’est révélée une lecture parfaite pour me redonner l’envie de lire plus. Du rythme ? Il y en a à revendre. Les chapitres ne sont pas numérotés, ils portent le nom du personnage dont il est question, soit June, soit Day. Et ça s’enchaîne, d’un bout à l’autre de la ville ou dans le même endroit, une même situation comprise et vue par deux êtres différents, intelligents et très compétents ! Ca bouge, il n’y a pas de descriptions longues à n’en plus finir, et c’est efficace. Cette lecture est vraiment tombée à pic et je ne peux que vous la conseiller, si vous aimez un tant soit peu les lectures jeunesse et les dystopies.

Star4

Legend, tome 1, est un premier tome efficace, avec une bonne trame de fond. Une dystopie à ne pas rater (et pourquoi ne pas découvrir le genre avec ce premier tome?), avec des personnages intéressants et attachants. Il ne vous laissera, je l’espère, que de bons souvenirs. 

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur
logo_livraddict

Publicités

Chroniques des Hémisphères, tome 1 : Le Bal des Poussières

C_Chroniques-des-Hemispheres-1--Le-Bal-des-Poussier_5313Chroniques des Hémisphères, tome 1 : Le Bal des Poussières
de Katia Lanero Zamora
Edité par Les Impressions Nouvelles
2012, 240 pages

> Pour acheter Chroniques des Hémisphères, tome 1, c’est par ici <

Au XXIe et dernier siècle de l’ère chrétienne, une pandémie décime les pays du Sud. Le Nord s’en protège en érigeant un mur qui coupe le monde en deux. Les deux hémisphères s’ignorent pendant des siècles et l’Histoire dit que plus rien ne survit au Sud. Jusqu’au jour où un enfant du Nord reçoit le don de voir à travers les yeux d’un animal vivant dans le Sud. Cham est le fils de la femme la plus puissante de l’Urbe. Il a 5 ans quand son père l’enlève et l’emmène au cœur d’une forêt, loin de la ville, dans un village où l’on porte le nom de son animal totem. Cham devient « Caracal », l’âme sœur d’un félin. Ce félin, c’est l’animal domestique de Sagana, une jeune fille vivant dans le village africain de Zongo à l’autre bout du monde, au-delà du mur. L’eau y est monnaie de chantage. La sécheresse assoiffe le pays. Sur les épaules de Sagana pèse une prophétie : elle est celle qui ramènera l’eau à son peuple, l’Eau du Ciel. Pour sauver leurs différents mondes, ils devront comprendre leur passé, et unir leurs forces.

ligne separatrice

J‘ai mis du temps à lire ce roman jeunesse, mais ne croyez pas qu’il en soit la cause d’une quelconque manière ! Ma première année d’enseignement est très chargée, je suis constamment en train de travailler et en général je m’arrête de travailler pour aller dormir… Ce petit roman est une petite merveille à mes yeux, je m’explique.

L‘univers du roman se place dans le futur – et même un futur proche de celui qui pourrait être le notre. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cet univers est très riche et très original. En 240 pages, le lecteur est plongé dans un monde complexe mais bien pensé et bien défini, qui tient la route et qui a des réponses aux possibles questions que l’on peut se poser… Ou presque. Ce premier roman aurait peut être néanmoins gagné à être encore plus détaillé sur ce monde dans lequel il se déroule, parce qu’il est vraiment dense et profond, et que personnellement, je me suis questionnée à plusieurs reprises, notamment sur la fin du roman. J’espère que mes questions trouveront leur réponse dans le tome suivant !

J’avoue que lorsque j’ai découvert la liste des personnages du roman (un peu à la manière des pièces de théâtre) au début du livre, je me suis dit “oh là là, je ne vais jamais retenir tout ça, c’est compliqué !”, et finalement, tout passe tout seul… C’est clair, c’est limpide et je n’ai jamais eu besoin de retourner voir cette liste. Les personnages sont bien introduits, à bonne dose et aus bons moments. Parlons d’ailleurs un peu des personnages principaux : ils sont terriblement attachants ! Je porte mention spéciale à Mangwa, le caracal de Sagana… J’aime les animaux-amis dans les histoires (un peu comme dans les Disney !) et Mangwa joue parfaitement son rôle. Il est même un pilier central et essentiel de cette histoire, et j’apprécie !

L’originalité de ce roman, de mon point de vue, réside dans le bon équilibre entre :

  • le réalisme sur ce que pourrait être l’avenir de nos civilisations dans un futur relativement proche, basé sur la distinction un peu caricaturale mais justifiée “pays du nord riches” et “pays du sud pauvres” et sur le trait de caractère humain qui le pousse à chercher le pouvoir
  • l’utilisation de folklore tel que les totems (ici les animaux totems) et les croyances tribales (danse pour appeler la pluie chez les tribus africaines par exemple). Ce folklore, ces croyances, apportent une touche de magie à ce roman. Elle semble presque réelle car elle est parlante et utilise des images et des traditions du monde que nous connaissons.

Vous l’aurez compris, ce premier roman est très prometteur et j’ai vraiment hâte de découvrir la suite ! Je ne peux que vous inciter à le découvrir à votre tour.

ligne separatrice


Un joli coup de cœur pour ce roman jeunesse !
Je remercie par ailleurs Charlotte Heymans, des Impressions Nouvelles, pour m’avoir envoyé ce très bon roman. Merci pour tout !

ligne separatrice

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur ce roman sur sa fiche bibliomania :
Logo Livraddict

La maison des secrets, Tome 3 : L’espion surprise

9782021073522_1_75

La maison des secrets, Tome 3 : L’espion surprise
de Jacqueline West
Editions Seuil
2012, 294 pages

Depuis qu’elle a emménagé dans la demeure du vieux McMartin, Olive en a vu de toutes les couleurs : objets ensorcelés, peintures vivantes, chats qui parlent… Pourtant, elle n’est pas au bout de ses surprises car l’horrible Annabelle McMartin a réussi à s’échapper des tableaux magiques et semble déterminée à libérer les forces les plus maléfiques de la vieille masure… Et comme Morton et Rutherford, ses amis, lui tournent le dos, on dirait bien qu’Olive va devoir déjouer seule les pièges de la maison !

separateur-16

 

J’ai reçu ce roman jeunesse dans le cadre d’une opération Masse Critique, organisée par le site Babelio. Je remercie par ailleurs les Editions du Seuil de m’avoir envoyé cet exemplaire. Je m’excuse de mes quelques jours de retard pour cette chronique, les fêtes ont quelque peu perturbé mon rythme !

A dire vrai, lorsque j’ai coché dans la liste ce petit roman dont j’aimais beaucoup le résumé et la couverture très colorée et à mon goût très prometteuse, je n’avais pas vu qu’il s’agissait du troisième tome d’une saga… J’ai eu un peu peur de me sentir perdue à la lecture mais… Pas du tout ! Les éléments nécessaires à la compréhension de l’histoire sont bien résumés et dispersés aux bons moments, lorsqu’on a besoin d’eux pour la compréhension de l’histoire, et ce même lorsqu’on ne connait pas les deux premiers tomes ! Sur ce point donc, aucune difficulté pour rentrer dans l’atmosphère de cette saga et dans l’histoire de ce tome en particulier. Je dois même avouer que j’ai désormais très envie de lire les deux premiers opus, pour en savoir encore plus sur les évènements qui précèdent.

Ce roman jeunesse est très agréable à lire, l’écriture est fluide et facile d’accès et j’ai été très vite happée par le mystère qui entoure la maison de Olive, la jeune collégienne (qui entre en 6ème au début de ce tome) que l’on suit tout au long du roman. Les personnages sont tous très attachants et j’ai tout simplement adoré les trois chats de la maison qui accompagnent Olive : Horatio, Harvey et Léopold. Ces trois là parlent, ont tous un caractère très différent (comme leur pelage) et je rêverais de les avoir comme “familiers”.

Sur le fond de l’histoire, je l’ai trouvée très originale pour un roman jeunesse si léger et si facile à lire. Toute la saga, si j’ai bien compris, repose sur la demeure (le manoir même…) dans laquelle emménage la famille de Olive. Cette demeure appartenait à une famille de magiciens… plutôt sombres et cruels, le genre qu’on ne souhaite pas rencontrer (évidemment, sinon il n’y aurait pas de problème ni de suspense !). Aldous McMartin, le père, a créé le monde d’Ailleurs en ensorcelant sa peinture et rendant vivant ses tableaux, dans lesquels Olive – grâce à des lunettes spéciales – et les chats peuvent se rendre. Ce n’est pas (ou plus) le genre de magie que l’on rencontre souvent dans les livres et ça m’a beaucoup plu.

Le roman se termine sur une phrase d’Horatio, le chat roux, qui amène un nouveau mystère et ouvre la porte à une nouvelle aventure… Et ça marche tellement bien que j’ai vraiment plus que hâte de lire la suite de ce roman que j’ai déjà eu bien du mal à lâcher tellement je me suis prise au jeu !

separateur-16 


Voilà un roman jeunesse léger, plein de fraicheur, très original et surprenant. Attention, il est addictif !

separateur-16 

Les autres tomes de la saga :

9782021047141  9782021047158

En bref [1]

Bonjour à tous,

Aujourd’h’ui, j’ai décidé de mettre en place une petite chronique “en bref” initiée par Livr0ns-n0us. Elle a pour but de vous présenter des livres dont je n’ai pas vraiment le temps de parler ou pour lesquels je n’arrive pas à rédiger une chronique digne de ce nom !


big_image_13136

 

Codename Sailor V, tome 1
de Naoko TAKEUCHI

Editions : Pika
2012, 267 pages

 

Dynamique et enjouée, Minako Aino brille par son talent en sport, mais beaucoup moins dans ses études ! Comme toutes les adolescentes, elle s’intéresse essentiellement aux histoires de cœur… jusqu’à ce qu’elle rencontre Artemis, un chat bien mystérieux, qui va changer son destin : il lui révèle qu’elle est en réalité une guerrière née sous la protection de Vénus et qu’elle a pour mission de faire régner la paix et la justice. En ouvrant son poudrier magique, elle se transforme en Sailor V, la justicière en uniforme ! Elle doit désormais défendre la Terre contre des ennemis qui veulent asservir puis faire disparaitre le genre humain.


J’ai acheté ce manga car il s’agit du préquel de Sailor Moon, anime phare de mon enfance. Comme Pika édite à nouveau tous les tomes de la saga Sailor Moon (pour mon plus grand bonheur ♥ ), je n’ai pas hésité une seconde avant de commander le premier tome, et c’est à ce moment précis que j’ai découvert ce préquel décliné en 3 tomes.sailorvcu4

Je n’ai pas été très emballée, je dois l’avouer (ce qui n’est pas du tout le cas du premier tome de Sailor Moon, dont je vous parlerai un peu plus tard ♥). Je suis contente d’être entrée à nouveau dans cet univers, mais je me suis vite rendue compte que ce premier tome de Sailor V est bien en deçà de la saga originale. Ici, tous les chapitres suivent exactement le même schéma narratif et pourraient être mélangés sans problème car il n’y a pas de fil conducteur, juste une succession de petites missions pour Sailor V !

Le petit plus, pour la fin : on aperçoit dans certains chapitre une demoiselle aux longs cheveux blonds, avec deux chignons en forme de dango… ♥