Legend, tome 1

couv48492402.png

Legend, tome 1
de Marie Lu
éditions Castelmore
2012, format Epub (285 pages)

> Pour acheter Legend, tome 1, c’est par ici <

June est un prodige. À quinze ans, elle fait partie de l’élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l’armée. Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l’arrêter. Issus de deux mondes complètement opposés, June et Day n’ont aucune raison de se rencontrer… jusqu’au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer… Mais est-elle prête à découvrir la vérité ?

Cela fait quelques temps maintenant que j’ai terminé cette lecture et je peux d’emblée commencer cette chronique (la première depuis drôlement longtemps, j’ai l’impression d’avoir le syndrome de la page blanche et de ne pas savoir quoi raconter !) en disant que je n’en ai gardé aucun souvenir ou sentiment négatif, ce qui est totalement positif, non ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’on se situe ici dans un livre jeunesse – je n’ai jamais eu honte de dire que j’adore ce genre de lectures, vraiment divertissantes et sans prises de tête ou descriptions qui n’en finissent plus… – mais un livre jeunesse avec des personnages un poil plus âgés, compétents, posés et réfléchis que ceux que l’on peut rencontrer régulièrement dans ce genre. Et… Il faut avouer que ça fait du bien de ne pas tomber sur le prototype du personnage principal au grand coeur mais qui fonce sans réfléchir… Et qui avise une fois dans la mouise. Et pour ne pas suivre la tendance, il ne s’agit ici en fait pas d’un mais de deux personnages principaux, aussi intéressants l’un que l’autre, à mon goût. June est une jeune « fille » (même si à quinze ans, son comportement pourrait déjà me laisser dire « femme ») intelligente, de bonne famille et de haut niveau social, et travaille déjà pour l’armée du pays. Elle est opposée à Day, jeune homme des bas quartiers, tout aussi intelligent qu’elle, devenu le premier criminel recherché par l’état. Evidemment, dès le départ il est couru d’avance que ces deux personnages vont se rencontrer, tomber sous le charme l’un de l’autre alors que tout les oppose… Sous atmosphère de mensonges d’état et de découvertes effarantes !

la-ca-jc-marie-lu-20130127-001

Marie Lu

Malgré ces dernières évidences (après tout, la plupart des histoires d’amour se ressemblent…), je suis vite tombée sous le charme du cadre futuriste de la civilisation américaine. Legend est une dystopie bien menée, qui propose une bonne histoire de fond accrocheuse, où il en est dit à la fois trop et pas assez. Je m’explique : l’auteur nous dévoile suffisamment de détails sur l’environnement des personnages et sur l’intrigue de fond pour nous laisser accrocher et ne pas nous retrouver totalement frustrés, mais pas assez afin de laisser un fort goût de reviens-y… Ce que je ne manquerai pas de faire en ce qui me concerne ! Ce que j’ai trouvé intéressant par ailleurs est que la découverte des univers des deux personnages se fait via les personnages eux-même, lorsqu’ils prennent du recul par rapport à leur entourage ou lorsqu’ils apprennent à découvrir l’autre. L’univers de chacun n’est pas figé et va être bouleversé, d’une manière ou d’une autre, amenant un vrai développement du caractère de June et Day, et même de premiers changements et de premières évolutions. Les personnages ne sont donc pas trop superficiels et je les ai trouvés très touchants à leur manière.

Depuis quelques temps je lis peu, ou lentement, et un point primordial pour que je n’arrête pas de lire pendant plusieurs semaines si ce n’est plusieurs mois est que ma lecture soit dynamique, qu’elle avance et qu’elle me redonne le goût de me plonger dans le livre sans avoir à faire effort sur effort pour terminer ma lecture. Legend s’est révélée une lecture parfaite pour me redonner l’envie de lire plus. Du rythme ? Il y en a à revendre. Les chapitres ne sont pas numérotés, ils portent le nom du personnage dont il est question, soit June, soit Day. Et ça s’enchaîne, d’un bout à l’autre de la ville ou dans le même endroit, une même situation comprise et vue par deux êtres différents, intelligents et très compétents ! Ca bouge, il n’y a pas de descriptions longues à n’en plus finir, et c’est efficace. Cette lecture est vraiment tombée à pic et je ne peux que vous la conseiller, si vous aimez un tant soit peu les lectures jeunesse et les dystopies.

Star4

Legend, tome 1, est un premier tome efficace, avec une bonne trame de fond. Une dystopie à ne pas rater (et pourquoi ne pas découvrir le genre avec ce premier tome?), avec des personnages intéressants et attachants. Il ne vous laissera, je l’espère, que de bons souvenirs. 

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur
logo_livraddict

Publicités

Sky Doll, tome 1 : La Ville Jaune

2013_05_12_Sky Doll

Sky Doll, tome 1 : La Ville Jaune
de A. Barbucci et B. Canepa
Editions Soleil
2000, 48 pages

> Pour acheter Sky.Doll tome 1, c’est par ici <

Dieu est mort. Son corps gît dans son bureau de l’Heaven Spaceshisp Wash, un astrolavage parmi tant d’autres sur la planète Papathéa. Mais quel est le lien entre le créateur de l’univers et cette poupée synthétique conçue pour le plaisir des sens, en cavale de planète en planète ? Pourquoi semble-t-elle toujours en proie à une avalanche d’événements désastreux tels des électrons gravitant autour du noyau d’un atome ? Peut-être que la papesse sait ou pressent quelque chose. Peut-être ce secret est-il gardé par les mystérieux habitants de la ville blanche. Peut-être, tout simplement, que personne ne sait rien. Sans doute, lorsque la vérité éclatera au grand jour, sera-t-il trop tard. Pour tous.

ligne separatrice

J’ai découvert la saga Sky Doll lors du Swap BD & Chocolat puisque ma swappée, Livr0ns-nOus, est totalement fan de l’auteur Barbara Canepa et de cette saga. Comme il faut avouer, que cette série de bandes dessinées correspondait bien à première vue à mes goûts personnels, je me suis jurée dès lors de me procurer à minima le premier tome.

J’ai mis une dizaine de pages à rentrer dans l’univers de Sky Doll, tout simplement car on entre dès la première page dans le vif du sujet et dans un univers assez riche à appréhender. Je trouve ce volume assez étonnant d’entrée de jeu car il mêle à mon sens plusieurs styles différents : à la fois on retrouve des graphismes et un humour type de saga légère et drôle, mais aussi tout un contexte riche et dense de science-fiction et enfin des scènes et personnages plutôt “choquants” puisqu’on est même confronté assez vite à des rituels religieux (je ne vous en dis pas plus) assez sanglants et meurtriers… Il y a un vrai contraste dans ce premier tome entre les passages drôles, colorés et légers et ceux bien plus graves et complexes. A mon avis, c’est ce qui fait que ce premier tome fonctionne et intrigue assez vite, même si les premières pages, je me suis sentie un peu perdue.

Du côté des graphismes…. C’est tout ce que j’aime ! Tout comme dans le premier tome de E.N.D. les vignettes et pages sont riches et colorées, j’adore tout simplement le style de Barbucci et les couleurs de l’auteur !

2013_05_12_Sky Doll_0012013_05_12_Sky Doll_002

ligne separatrice


Très bon premier tome, riche et coloré

ligne separatrice

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur ce roman sur sa fiche bibliomania :
Logo Livraddict

Ceux qui sauront

9782290020586-ceux-qui-saurontAuteur : Pierre Bordage | Genre : Science-Fiction | Edition : J’ai Lu | Publié en : 2012 | Pages : 318 | Prix : 6.80 euros

J’ai pris un peu de temps avant de rédiger cette chronique, voici donc mon avis deux semaines environ après avoir refermé ce roman.

Et si la Révolution française n’avait pas eu lieu ? Voici le portrait d’une France qui ne fut jamais, où une minorité d’aristocrates continue, aujourd’hui, d’asservir les masses populaires, notamment en interdisant l’instruction. Jean, fils d’ouvrier, en fait la dure expérience lorsqu’une descente de police met un terme brutal aux cours qu’il suit clandestinement. Incarcéré, puis libéré par la Résistance, il devient un hors-la-loi. Clara, elle, est née du bon côté de la barrière. Pourtant, la vie dorée qu’on lui impose et les inégalités dont souffre son pays la révoltent. Deux personnages, un destin commun : changer le monde…

 

Mon avis :

Je garde une bonne impression de ce petit roman de science fiction. Il s’est révélé une lecture plutôt agréable, sans difficultés, et même prenante puisque j’ai gardé tout au long du livre l’envie de savoir ce qui allait bien pouvoir se passer après les quelques pages que j’étais en train de lire. Il m’a même été un peu difficile de le lâcher par moments, pour aller me coucher.

Ceux qui sauront est mon premier contact avec le genre littéraire de l’uchronie. Ce genre consiste à imaginer ce que serait le monde si un évènement du passé avait eu une issue différente. Toute uchronie repose sur ce simple questionnement : "Et si… ?", comme par exemple: “Et si Hitler avait gagné la seconde guerre mondiale?”. Dans Ceux qui sauront, vous l’aurez compris, il s’agit donc de la question “Et si la Révolution française n’avait pas eu lieu?”.  J’ai apprécié cette première rencontre avec ce genre littéraire, et je suis curieuse d’en découvrir davantage !

Néanmoins je garde également un sentiment de manque. Je pense que l’univers abordé dans ce roman par Pierre Bordage n’est pas assez développé. D’ailleurs, le monde décrit est comme figé au XVIIIème siècle, le personnage de Jean s’en rend d’ailleurs compte au cours du roman. Même si des arguments sont donnés et acceptables (voire crédibles) pour la société française, je ne sais pas s’il est totalement recevable que le monde entier ait stagné de la même manière: pourquoi la société chinoise ou japonaise en serait exactement au même point sachant que leur système était déjà différent ? Je pense que le roman manque un peu d’approfondissement et d’arguments le rendant totalement crédible. Il se termine d’ailleurs un peu vite et trop facilement… Je reste donc un peu sur ma faim en ce qui concerne l’univers du roman.

Les personnages m’ont plu, je me suis attachée à eux et plus particulièrement à Jean, que j’ai trouvé touchant. C’est un personnage qui se révèle, à mon goût en tout cas, compréhensif et avec une certaine profondeur. La force de ce roman émane à mon avis des personnages, qui se révèlent tous intéressants.

Je sais qu’il existe une suite, dont le titre est Ceux qui rêvent, je la lirai très volontiers, rien que pour le plaisir de retrouver le personnage de Jean.

 


Roman très agréable à lire

729531-892059


D’autres avis ? Découvrez la page Bibliomania du livre sur Livraddict.

Cordelia Vorkosigan

couv31742107Editions: Editions J’ai lu (S-F) | Paru en: 1994 | Auteur: Lois McMaster Bujold

Même si je n’ai plus le temps d’être assidue dans la parution de mes chroniques, je tiens à vous présenter mon entrée dans la saga Vorkosigan avec ce coup de coeur pour le premier tome: Cordelia Vorkosigan.

La guerre… Stupide, inévitable.Mauvais endroit, mauvais moment, mauvaise cause. Même l’uniforme n’est pas le bon : Cordelia Naismith, des forces expéditionnaires de Beta, se retrouve en pleine bataille interplanétaire, alors qu’elle a toujours sur le dos sa vieille combinaison d’astronaute. Et voici qu’elle est tombée entre les mains des Barrayarans. Qui plus est, entre celles de son pire ennemi, lord Vorkosigan, alias le « boucher de Komarr ». Cet homme, elle devrait le hair ; pourtant, elle est troublée. Que va-t-il faire ? La tuer ? Non. Alors que le conflit fait rage, il lui propose… le mariage ! De ces deux êtres que tout oppose dépend l’avenir de deux peuples. Et de l’univers. Mais quel est le vrai moteur du monde ? L’amour, ou la guerre ?

 

MON AVIS

J’ai emprunté sur l’étagère "Science-Fiction" du chéri ce premier tome pour combler un trajet en train de quelques heures. J’avais entendu parler au préalable de cette saga, toujours de manière élogieuse, et j’étais curieuse de voir par moi même ce qu’il en retournait. Et bien je n’ai pas été déçue! Aussitôt commencé, aussitôt transportée! Je n’ai pas lâché ce tome, ou presque! Dès qu’un peu de temps me permettait de lire, je dévorais les pages les unes après les autres, je me suis même mise à grignoter un peu plus de temps chaque soir pour pouvoir lire toujours un peu plus des aventures du Capitaine Cordelia Naismisth et du Général Aral Vorkosigan!

Tout fonctionne dans ce roman: pas de temps morts, beaucoup de surprises, de péripéties, de retournements de situation inattendus, des personnages principaux développés et attachants… de quoi tenir en haleine la lectrice que je suis jusqu’à la dernière page! Vous l’aurez compris, il s’agit pour moi d’un vrai coup de coeur et j’ai hâte de pouvoir emprunter les prochains tomes!

 

https://i1.wp.com/nsm02.casimages.com/img/2010/02/05//100205121715492745378555.png

 


D’autres avis? Découvrez la page Livraddict du premier tome de la Saga Vorkosigan.