Le Magicien de Whitechapel, tome 1 : JERROLD PICCOBELLO

le-magicien-de-whitechapel-tome-1-jerrold-piccobello

Le Magicien de Whitechapel,
tome 1 : JERROLD PICCOBELLO
de Benn
Editions Dargaud,
68 pages

Pour acheter Le Magicien de Whitechapel, tome 1, c’est par ici <

Londres, 1887. Jerrold Piccobello, magicien parmi les plus prestigieux du royaume britannique, se fait une nouvelle fois remballer d’une audition comme un malpropre. Désespéré, l’homme revient sur les lieux de son enfance, là où tout a commencé et où il fera une rencontre pour le moins inattendue…

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Voici une bande-dessinée que j’ai empruntée à la médiathèque à mon arrivée dans ma nouvelle commune (et encore nouvelle vie!). Les thèmes autour de Whitechapel et de Jack l’éventreur ont toujours tendance à m’attirer, ce qui est également valable pour ce qui touche à la magie ou la prestidigitation.

J‘ai apprécié cette BD dans son côté « époque ». On découvre un personnage qui s’est construit, au travers de ses souvenirs. L’ambiance est riche et très bien retransmise dans les planches et le choix des couleurs – certains dégradés et certains tons choisis sont superbes ! A la fin de ce premier tome, Jerrold fait la rencontre d’un personnage qui relève du fantastique. Bizarrement, moi qui aime l’univers du fantastique de manière générale, je n’ai pas été conquise par cette rencontre qui m’a presque déçue, qui me semble trop simple et trop clichée (et je ne parle pas de l’apparence de ce personnage, même s’il s’agit d’un clin d’oeil aux représentations les plus fréquentes de cet être fantastique). Je lirai la suite quand même, par curiosité, en espérant être agréablement surprise par ce qui suivra.

Un point important à mes yeux : j’ai trouvé la police d’écriture parfois difficilement lisible et trop dense, ce qui ralentit la lecture… Et la complique également à certains moments, rendant certaines planches un peu fouillis, avec des pensées au dessus des cases, dans les cases, en légende en bas de planche, le tout pas toujours très lisible… Dommage.

PlancheS_46390

le-magicien-de-whitechapel-benn-dargaud-planche-4

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur
logo_livraddict

Publicités

Holmes (1854/+1891?), tome 1 : Adieu à Baker Street

couv37702384
Holmes (1854/+1891?), tome 1 : Adieu à Baker Street

de Cecil et Brunschwig
Editions Futuropolis,
Edition spéciale 48HBD 2015
40 pages

> Pour acheter Holmes (1854/+1891?), tome 1, c’est par ici <

4 mai 1891, Sherlock Holmes disparaît en Suisse aux Chutes de Reichenbach, entraînant avec lui dans la mort son plus grand ennemi, le professeur Moriarty. 
Quelques jours plus tard, l’appartement du détective au 221 b Baker Street est mis à sac par des hommes de main envoyés par Mycroft Holmes, le propre frère de Sherlock. Mycroft tente ainsi de détruire toutes les preuves de la folie de son frère, qu’il accuse de s’être abandonné à la cocaïne. Pour lui, la mort de Holmes est le suicide déguisé d’un homme qui ne pouvait se résoudre à voir son cerveau détruit par la drogue. Malgré les preuves apportées par Mycroft, Watson se refuse à croire cette version des faits. Il se lance à travers toute l’Europe dans une incroyable enquête qui va tout lui révéler de l’histoire de Sherlock Holmes et de sa famille.

Star5

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Je me suis précipitée à la librairie la plus proche de chez moi participant aux 48hBD pour ce titre ! Je suis fan de l’univers et du personnage qui ont été créés par Arthur Conan Doyle (que l’on voit habilement apparaître dans cette bande-dessinée d’ailleurs !). Je ne pouvais pas laisser cet opus me glisser sous les doigts, surtout au prix de un euro !

Quelle claque ! Ce premier tome est superbe ! Les dessins sont sublimes, dans des tons de noir et blanc ou sépia, et vraiment très riches en détails. Les jeux de lumières sont nombreux et parfaitement maîtrisés. L’ambiance recréée colle parfaitement à l’univers de Conan Doyle et aux aventures du célèbre détective.

J‘ai accroché très rapidement à l’intrigue, voulant connaitre les dessous de la mort de Sherlock Holmes (mais est-il vraiment mort ?). Le personnage de Mycroft semble intelligent et cacher de nombreuses choses, et les dessous de la famille Holmes le semblent tout autant (mais comme je ne veux pas vous révéler les détails de l’intrigue et qui font le plaisir de cette lecture, je ne peux que vous inciter à vous y plonger!).

Il est souvent plus dur de parler de quelque chose qu’on a adoré, et une chose est sûre pour l’amatrice de BD que je suis : je vais très vite m’offrir la suite… ! Je vous laisse avec deux pages exemples, tirées de ce premier opus.

PlancheA_79843

9782754800488_pg

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur
logo_livraddict

Un, deux, trois …… Soleil !

Difficile de rater qu’aujourd’hui, si vous êtes chanceux et équipés, vous pourrez observer une éclipse partielle de soleil ! Et dans le monde de l’école, cela devient une paranoïa généralisée, propagée à coup de mails officiels prenant le DANGER, car si les enfants jettent un oeil directement au soleil, il y a risques de de lésions graves et irréversibles des yeux.

A ce sujet, voici une planche BD réalisée par Lepithec, et lue sur le site Ciel et Espace.

lepithec

Sky Doll, tome 1 : La Ville Jaune

2013_05_12_Sky Doll

Sky Doll, tome 1 : La Ville Jaune
de A. Barbucci et B. Canepa
Editions Soleil
2000, 48 pages

> Pour acheter Sky.Doll tome 1, c’est par ici <

Dieu est mort. Son corps gît dans son bureau de l’Heaven Spaceshisp Wash, un astrolavage parmi tant d’autres sur la planète Papathéa. Mais quel est le lien entre le créateur de l’univers et cette poupée synthétique conçue pour le plaisir des sens, en cavale de planète en planète ? Pourquoi semble-t-elle toujours en proie à une avalanche d’événements désastreux tels des électrons gravitant autour du noyau d’un atome ? Peut-être que la papesse sait ou pressent quelque chose. Peut-être ce secret est-il gardé par les mystérieux habitants de la ville blanche. Peut-être, tout simplement, que personne ne sait rien. Sans doute, lorsque la vérité éclatera au grand jour, sera-t-il trop tard. Pour tous.

ligne separatrice

J’ai découvert la saga Sky Doll lors du Swap BD & Chocolat puisque ma swappée, Livr0ns-nOus, est totalement fan de l’auteur Barbara Canepa et de cette saga. Comme il faut avouer, que cette série de bandes dessinées correspondait bien à première vue à mes goûts personnels, je me suis jurée dès lors de me procurer à minima le premier tome.

J’ai mis une dizaine de pages à rentrer dans l’univers de Sky Doll, tout simplement car on entre dès la première page dans le vif du sujet et dans un univers assez riche à appréhender. Je trouve ce volume assez étonnant d’entrée de jeu car il mêle à mon sens plusieurs styles différents : à la fois on retrouve des graphismes et un humour type de saga légère et drôle, mais aussi tout un contexte riche et dense de science-fiction et enfin des scènes et personnages plutôt “choquants” puisqu’on est même confronté assez vite à des rituels religieux (je ne vous en dis pas plus) assez sanglants et meurtriers… Il y a un vrai contraste dans ce premier tome entre les passages drôles, colorés et légers et ceux bien plus graves et complexes. A mon avis, c’est ce qui fait que ce premier tome fonctionne et intrigue assez vite, même si les premières pages, je me suis sentie un peu perdue.

Du côté des graphismes…. C’est tout ce que j’aime ! Tout comme dans le premier tome de E.N.D. les vignettes et pages sont riches et colorées, j’adore tout simplement le style de Barbucci et les couleurs de l’auteur !

2013_05_12_Sky Doll_0012013_05_12_Sky Doll_002

ligne separatrice


Très bon premier tome, riche et coloré

ligne separatrice

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur ce roman sur sa fiche bibliomania :
Logo Livraddict