Le Magicien de Whitechapel, tome 1 : JERROLD PICCOBELLO

le-magicien-de-whitechapel-tome-1-jerrold-piccobello

Le Magicien de Whitechapel,
tome 1 : JERROLD PICCOBELLO
de Benn
Editions Dargaud,
68 pages

Pour acheter Le Magicien de Whitechapel, tome 1, c’est par ici <

Londres, 1887. Jerrold Piccobello, magicien parmi les plus prestigieux du royaume britannique, se fait une nouvelle fois remballer d’une audition comme un malpropre. Désespéré, l’homme revient sur les lieux de son enfance, là où tout a commencé et où il fera une rencontre pour le moins inattendue…

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Voici une bande-dessinée que j’ai empruntée à la médiathèque à mon arrivée dans ma nouvelle commune (et encore nouvelle vie!). Les thèmes autour de Whitechapel et de Jack l’éventreur ont toujours tendance à m’attirer, ce qui est également valable pour ce qui touche à la magie ou la prestidigitation.

J‘ai apprécié cette BD dans son côté « époque ». On découvre un personnage qui s’est construit, au travers de ses souvenirs. L’ambiance est riche et très bien retransmise dans les planches et le choix des couleurs – certains dégradés et certains tons choisis sont superbes ! A la fin de ce premier tome, Jerrold fait la rencontre d’un personnage qui relève du fantastique. Bizarrement, moi qui aime l’univers du fantastique de manière générale, je n’ai pas été conquise par cette rencontre qui m’a presque déçue, qui me semble trop simple et trop clichée (et je ne parle pas de l’apparence de ce personnage, même s’il s’agit d’un clin d’oeil aux représentations les plus fréquentes de cet être fantastique). Je lirai la suite quand même, par curiosité, en espérant être agréablement surprise par ce qui suivra.

Un point important à mes yeux : j’ai trouvé la police d’écriture parfois difficilement lisible et trop dense, ce qui ralentit la lecture… Et la complique également à certains moments, rendant certaines planches un peu fouillis, avec des pensées au dessus des cases, dans les cases, en légende en bas de planche, le tout pas toujours très lisible… Dommage.

PlancheS_46390

le-magicien-de-whitechapel-benn-dargaud-planche-4

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Vous pouvez découvrir d’autres avis sur
logo_livraddict

La maison des secrets, Tome 3 : L’espion surprise

9782021073522_1_75

La maison des secrets, Tome 3 : L’espion surprise
de Jacqueline West
Editions Seuil
2012, 294 pages

Depuis qu’elle a emménagé dans la demeure du vieux McMartin, Olive en a vu de toutes les couleurs : objets ensorcelés, peintures vivantes, chats qui parlent… Pourtant, elle n’est pas au bout de ses surprises car l’horrible Annabelle McMartin a réussi à s’échapper des tableaux magiques et semble déterminée à libérer les forces les plus maléfiques de la vieille masure… Et comme Morton et Rutherford, ses amis, lui tournent le dos, on dirait bien qu’Olive va devoir déjouer seule les pièges de la maison !

separateur-16

 

J’ai reçu ce roman jeunesse dans le cadre d’une opération Masse Critique, organisée par le site Babelio. Je remercie par ailleurs les Editions du Seuil de m’avoir envoyé cet exemplaire. Je m’excuse de mes quelques jours de retard pour cette chronique, les fêtes ont quelque peu perturbé mon rythme !

A dire vrai, lorsque j’ai coché dans la liste ce petit roman dont j’aimais beaucoup le résumé et la couverture très colorée et à mon goût très prometteuse, je n’avais pas vu qu’il s’agissait du troisième tome d’une saga… J’ai eu un peu peur de me sentir perdue à la lecture mais… Pas du tout ! Les éléments nécessaires à la compréhension de l’histoire sont bien résumés et dispersés aux bons moments, lorsqu’on a besoin d’eux pour la compréhension de l’histoire, et ce même lorsqu’on ne connait pas les deux premiers tomes ! Sur ce point donc, aucune difficulté pour rentrer dans l’atmosphère de cette saga et dans l’histoire de ce tome en particulier. Je dois même avouer que j’ai désormais très envie de lire les deux premiers opus, pour en savoir encore plus sur les évènements qui précèdent.

Ce roman jeunesse est très agréable à lire, l’écriture est fluide et facile d’accès et j’ai été très vite happée par le mystère qui entoure la maison de Olive, la jeune collégienne (qui entre en 6ème au début de ce tome) que l’on suit tout au long du roman. Les personnages sont tous très attachants et j’ai tout simplement adoré les trois chats de la maison qui accompagnent Olive : Horatio, Harvey et Léopold. Ces trois là parlent, ont tous un caractère très différent (comme leur pelage) et je rêverais de les avoir comme “familiers”.

Sur le fond de l’histoire, je l’ai trouvée très originale pour un roman jeunesse si léger et si facile à lire. Toute la saga, si j’ai bien compris, repose sur la demeure (le manoir même…) dans laquelle emménage la famille de Olive. Cette demeure appartenait à une famille de magiciens… plutôt sombres et cruels, le genre qu’on ne souhaite pas rencontrer (évidemment, sinon il n’y aurait pas de problème ni de suspense !). Aldous McMartin, le père, a créé le monde d’Ailleurs en ensorcelant sa peinture et rendant vivant ses tableaux, dans lesquels Olive – grâce à des lunettes spéciales – et les chats peuvent se rendre. Ce n’est pas (ou plus) le genre de magie que l’on rencontre souvent dans les livres et ça m’a beaucoup plu.

Le roman se termine sur une phrase d’Horatio, le chat roux, qui amène un nouveau mystère et ouvre la porte à une nouvelle aventure… Et ça marche tellement bien que j’ai vraiment plus que hâte de lire la suite de ce roman que j’ai déjà eu bien du mal à lâcher tellement je me suis prise au jeu !

separateur-16 


Voilà un roman jeunesse léger, plein de fraicheur, très original et surprenant. Attention, il est addictif !

separateur-16 

Les autres tomes de la saga :

9782021047141  9782021047158

Okko

okko-LeCycledeLeau1

Le Cycle de l’eau, tome 1
de Hub
Editions Delcourt
2005, 46 pages

Loin des champs de bataille, où les clans s’entredéchirent pour le pouvoir, Okko, le rônin, est à la tête d’un petit groupe de chasseurs de démons et arpente ainsi les terres de l’empire du Pajan. Il est accompagné de Noburo, guerrier géant qui dissimule son visage derrière un masque rouge, et du moine Noshin, bonze fantasque grand amateur de saké. Tikku, jeune pêcheur, fera appel à eux pour retrouver sa soeur enlevée par une horde de pirates.

separateur 1

 

♠ Scénario : Le premier tome de cette saga est riche en rebondissements. Il s’agit d’une bande-dessinée d’aventure fantastique et çà se sent dès les premières pages ! Les personnages principaux (sous les ordres du Rônin Okko) sont vite présentés au travers des différentes péripéties. Je me suis déjà un peu attachée à certains personnages, notamment Noburo, le guerrier géant mystérieux, qui se trouve avoir un certain trait d’humour. J’ai été très emballée par ce premier tome et je sens que je vais beaucoup apprécier la saga dans son intégralité. 

♣ Dessins & couleurs : Ce premier tome est très coloré, avec des planches entières dans des tons très rouges ou très bleus prononcés; voici quelques exemples tirés du site de l’éditeur :

9782847891645_pl01

9782847891645_pl03

Ces couleurs vives donnent un côté punchy et dynamique à la bande dessinée dont le coup de crayon tantôt acéré tantôt plutôt rond apporte beaucoup de mouvement et de nuances dans les différentes planches. J’ai trouvé l’atmosphère asiatique plutôt bien rendue. Le tout me semble très cohérent et m’a séduite.

separateur 1

 

  
Un très bon premier tome bourré d’aventures qui met l’eau à la bouche

separateur 1

 

D’autres avis ? Découvrez la page Bibliomania du livre sur Livraddict.

Nosferatu, tome 1 : Si Vis Pacem

nosferatu-tome-1-L-gPeR4P

Nosferatu, tome 1 : Si Vis Pacem
de Peru et Martino

Editions Soleil
2012, 48 pages

Nul ne connaît son âge ou l’étendue de ses pouvoirs… Il était présent à la crucifixion du Christ, il a servi plusieurs empereurs romains avant de prendre sa liberté et a tué bien des hommes. Il est le premier vampire, Nosferatu. Aujourd’hui, après avoir disparu durant un demi siècle, il s’éveille d’un sommeil sans rêves, en Inde. Il n’est plus que l’ombre de sa puissance passée et il découvre un complot ourdi contre lui. Ses congénères comme ses ennemis ne désirent qu’une chose : le tuer. Mais ni la lumière ni les ténèbres ne veulent de Nosferatu, le non mort. Alors que les souvenirs de sa longue existence lui reviennent en mémoire, il comprend que sa seule faiblesse a été d’aimer. Tout a commencé sous le règne de Caligula. Les alliances et trahisons forgées en ce temps ainsi que le destin d’une femme ont façonné les deux millénaires de son histoire. Il est Nosferatu, le monstre qui a voulu vivre en homme…

separateur 1

♠ Scénario : Le premier tome de Nosferatu installe l’histoire et les différents personnages principaux. Jusque là, rien d’original, il faut bien y passer ! Pour un premier tome, Si Vis Pacem a du rythme.

Deux des personnages principaux, dont Nosferatu et son principal adversaire (un autre vampire), sont introduits par de nombreux flashbacks qui viennent nous expliquer la relation particulière qui les lie. C’est un processus qu’on peut surtout lire dans les romans, mais que j’ai relativement peu croisé dans la BD jusque là (mais je ne suis pas une connaisseuse hors pair du genre même si je l’apprécie grandement). Les  flashbacks participent au rythme de ce premier tome, même si au début ils peuvent déstabiliser un peu.

L’atmosphère est sombre, ne vous attendez pas à une BD  jeunesse innocente, car on en est très loin ! Dans tous les cas, ce tome d’introduction est très riche et donne vraiment gout à connaître la suite. Messieurs Peru et Martino ne nous annoncent que du bon.

♣ Dessins & couleurs : Les planches participent grandement à l’atmosphère sombre de cette bande dessinée, avec des tons très gris, marrons (tirant sur le sépia), bleus … Une atmosphère réussie qui colle très bien au scénario. Le coup de crayon est précis, plutôt angulaire, et m’a parfois rappelé certains comics américains. Les dessins sont très détaillés et participent beaucoup à la richesse de ce premier tome.

PlancheA_124496

separateur 1

     
Un excellent et superbe premier tome     

separateur 1

D’autres avis ? Découvrez la page Bibliomania du livre sur Livraddict.