J’ai rêvé de courir longtemps (The Memory of Running)

Edition: Le Livre de Poche | Paru en: 2007 | Pages: 472 | Auteur: Ron McLarty

9782253121220-GAprès une longue absence, me revoici avec un roman américain jusqu’au bout de la reliure.

Solitaire, obèse, alcoolique, dépressif, Smithy Ide se retrouve orphelin à quarante-trois ans. Sa vie aurait pu s’arrête là. C’est là qu’elle va commencer. Il enfourche sa vieille bicyclette et, de New York à Los Angeles, il se met à pédaler, pédaler, pédaler… Ce roman pas comme les autres a bien failli ne jamais être publié. Découvert par Stephen Kink, qui a clamé haut et fort son enthousiasme, ce chef d’œuvre d’humour et de tendresse rencontre un immense succès aux Etats-Unis.

 

MON AVIS

Bien que j’ai du mal à terminer ce livre (pour des raisons qui me sont personnelles), plusieurs choses méritent d’être soulignées. Le thème m’a tout d’abord intéressée pour le côté voyage et entreprise personnelle. La recherche de soi, voire le dépassement de soi sont des résolutions qui me touchent et que je trouve nobles.

Si le personnage principal, Smithy, vit bien une prise de conscience personnelle et décide de retrouver le plaisir des choses simples comme manger des bananes ou lire un livre, il est hanté par un membre de sa famille et son histoire des plus originales, à laquelle je ne m’attendais par ailleurs absolument pas. Poussé donc par une histoire peu commune et entouré par des personnages eux aussi peu communs, voilà bien un américain obèse bêta dont la vie somme toute banale se révèle en fait être à l’opposé de la banalité.

Au fil des pages, on en apprend également beaucoup sur une grande passion de Smithy: la pêche. Autant dire que ce n’est pas un thème qui m’intéresse au plus haut point. Pourtant, les informations diverses et plutôt variées sur le bon matériel à utiliser, les bons appâts selon la situation et les meilleures manières de pêcher pour être sûr de faire mouche, sont dispersées avec parcimonie dans le texte et se révèlent, de cette manière et en douceur, plutôt intéressantes.

Je trouve donc que ce roman, peut être un peu lent parfois, recèle de petites perles d’informations et surtout d’une bonne touche d’originalité plutôt inattendue.

 

https://i2.wp.com/www.babelio.com/images/Star3.gif

"Les pneus étaient dégonflés, ils gémirent sous le poids de la bière et des oeufs marinés, et les jantes grincèrent contre le ciment. J’ai allumé une cigarette et je suis resté là."

 


D’autres avis? Découvrez la page bibliomania de J’ai rêvé de courir longtemps sur Livraddict!

Je remercie les Editions Le livre de poche et Blog-o-Book pour ce partenariat!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s